jeudi 4 septembre 2014

Eloge du frondeur





                                           Ed  Bibli'o    illustrations de  Marijke Ten Cate


FRONDE...Frondeurs


La presse  nous parle beaucoup  des "frondeurs" au P.S... mais d'où vient cette tradition qui semble si française.

Chronologiquement  la fronde  c'est l'arme du faible contre le fort: David contre Goliath.  Symbole de la révolte des "petits", des "sans grade".  ce mythe sera renforcé par "Robin des bois"   et  par la tradition française d'une révolte "légitime" contre un pouvoir excessif  (de Mandrin à Gaspard de Besse)

Puis c'est la fronde des grands contre le pouvoir royal  lors de la jeunesse de Louis XIV; déjà les frondeurs ne font que représenter les petits potentats locaux qui se dressent contre le pouvoir central. Déjà l'entreprise est moins "noble"  car elle permet de défendre des intérêts particuliers  contre le roi où la régente, qui sont sensé défendre l'intérêt général.

Donc première anicroche à la légende du rebelle...le frondeur est peut être une espèce qui lutte pour sa survie!

Comme les noblaillons luttaient pour garder leurs petits pouvoirs, les frondeurs du P.S   sous prétexte de sauver les idéaux de gauche ne sont ils pas des néandertaliens résistants aux homo-sapiens de la sociale-démocratie, ou bien sont ils les derniers défenseurs du peuple?

Intéressante problématique, n'est ce pas? Mais il convient de chercher des réponses en s'aidant de ces références ci-dessus:  étudions les révoltes,  des jacqueries aux "bonnets rouges",   des camisards aux Larzac,  et  regardons les traces culturelles de ces vagues de l'histoire.    Que restera t il de nos frondeurs?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire