dimanche 14 février 2016

Eloge du Nanar...pas Tapie

Parfois, il faut savoir renoncer à tout snobisme culturel...  

...et, sortant des chantiers balisés du cinéma "art et essai", parvenir à s'aventurer en dehors des cinémas coréens, afghans ou iraniens...oui, je sais, je vous en demande beaucoup...mais je vous en sais capable!

Donc foin du petit cinéma où vous êtes bien au chaud entre l'instit à la retraite et le fonctionnaire syndicalisé qui se valorise (espèce en voie d'extinction), orientez vos pas vers un ignoble complexe dont l'odeur de pop corn et l'enfilade des boissons inutiles vous révulsent. Courage!

Une fois cet exploit fourni, il vous reste à prononcer devant la caisse le nom du film "indigne" que vous allez voir. Ce jour là, j'ai éructé:  "Deadpool" s'il vous plaît, rougissant comme un puceau qui demande une boîte de capotes au pharmacien hilare.  

Dans le noir, nous sommes tous frères, que ce soit du premier degré, comme ceux du troisième. Et oui, ce film est un O.V.N.I, qui permet à chacun d'y puiser selon ses besoins. J'avoue avoir savouré le pastiche de super héros, une mise en abyme faite par Marvel itself.  
Jouissif, décalé, absurde...un film sur le plus incorrect des "superhéros", joué par un ryan Reynolds impeccable.   Allez y avec un côté sale gosse, et l'autre amoureux des références, et vous sortirez en forme.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire