jeudi 15 janvier 2015

Pourquoi Bernard Maris pouvait-il admirer Michel Houellebecq?

Houellebecq n'est certainement pas de gauche,    Maris est plus qu'à gauche...

Maris est sorti des meilleurs moules de la République, Houellebecq  s'est définit comme en marge de toutes les institutions...

Houellebecq n'a cure de ses concitoyens et plus largement de l'espèce humaine, Maris est un militant  soucieux du "vivre ensemble"...


Maris est un libertaire, Houellebecq est une sorte d'anarchiste de droite...

Comment ces deux planètes pouvaient elles se rencontrer?

J'ai regardé leurs deux parcours, j'ai relu leurs écrits, et selon moi, les croisements entre leurs deux pensées relèvent de la "rupture"; ce sont deux hommes en rupture avec leur environnement. 


Ils sont peu aimés par leurs "collègues" et ils leur rendent bien la réciproque. 

Houellebecq luttait par son oeuvre contre une société léthargique et il considère que les autres écrivains français, pour la plupart,  n'ont fait qu'ajouter à ce climat mortifère.

Pour Bernard Maris, ses collègues économistes n'étaient que des clones pontifiants se raccrochant à des théories dogmatiques qu'ils n'ont pas su adapter.


Leur admiration réciproque est devenu une amitié qui a été célébrée par l'ouvrage de Bernard Maris, paru cette année, qui a célébré en Houellebecq un véritable visionnaire économique, dénonçant les failles du libéralisme, et qui, par la voix de ses héros désignent les limites du modèle capitaliste. 

Ultime pied de nez aux "vrais" économistes!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire