samedi 16 janvier 2016

Etre seul à avoir raison est angoissant, à partir de deux cela devient une hypothèse...


Le Mystère "Maylis de Kerangal"

Pourquoi est elle en train de devenir une icône au moment où sa prose et son inspiration déclinent?

 Ce mystère  a commencé avec cet article que j'ai écris en juin 2014. "Réparer les vivants" non seulement ne m'avait pas plu, mais il m'avait irrité...que venait faire cette bonne raconteuse d'histoire dans ce pseudo reality show inintéressant et racoleur?

Dans le "Point" de la semaine passée (en date du 7 janvier), Richard Millet dont je n'estime pas les idées politiques mais qui reste un véritable écrivain et un critique honnête mène une charge impitoyable contre Madame  de Kerangal. Il y dénonce une post-modernité d'esbroufe, une posture qui mélange littérature et sondage d'opinions: plaire, évidemment plaire!

Donc remettez vos lunettes et relisez avec distance notre bretonne internationale.



rappel  de mon article de juin 2014

Le faux roman...



J'aime beaucoup l'écriture et les talents de conteur du quotidien de Maylis de Kerangal,  mais en lisant son dernier opus "réparer les vivants",  je n'ai pas bien compris son choix créatif.  Ce livre est bien écrit, certes, mais il n'y a pas d'histoire, c'est un docu-réalité  avec un emballage fictionnel. 

C'est surement faire oeuvre utile que de persuader son lectorat du bien-fondé du don d'organes, mais est ce son rôle et n'y-a-t-il pas "tromperie" culturelle en nous vendant un livre que nous attendons comme une fiction?
 En fait il s'agit d'un acte militant, ce qui serait tout à fait honorable en soi si c'était clairement affiché!



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire