mercredi 2 septembre 2015

Derrière le paravent...

Le Japon est de très loin le pays que je pense le plus éloigné du nôtre, le plus exotique. Cette aporie pourrait se limiter aux apparences, mais en fouillant un peu la littérature japonaise, certains mythes et obsessions apparaissent et rendent cette culture moins froide et moins "collective".

Le roman policier de Miyuki MIYABE fait partie de ces livres qui vous décillent les yeux sur des réalités cachées du Japon. Dans "le diable chuchotait"Miyabe explore les terres de la réputation, de la rumeur, de tous ces "conformités" qui rendent une société intolérante. Il est sur les traces de Murakami Ryu (à ne pas confondre avec l'autre Murakami Hakari  qui est moins "trash" que celui qui a écrit "les bébés de la consigne automatique", oeuvre à lire absolument!).

L'histoire est bien suivie et elle permet de comprendre certains ressorts de la société japonaise, le statut social, la réputation, les délicats rapports homme-femme, etc.

Le Héros, qui n'est pas sans faille, se débat pour échapper à un destin en trompe l'oeil et il profite de ses quelques talents pour mener une enquête dans le pays où toute vérité est moins importante que la convenance!

Tokyo au travers de ses nuits où les uns cachent leurs angoisses et les autres certains vices.  Un bon bouquin.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire