mercredi 4 mars 2015

Fessées...Fesses...Fessiers...Fichtre!

Que voila un sujet glissant,   et pourtant il est d'actualité?


J'ai noté, non sans un sourire très profond, le rapprochement à opérer entre la condamnation de la France par la Cour Européenne pour son "manque d'énergie" sur la répression de la fessée, et plus largement sur la violence domestique faite aux enfants, et les "queues" à l'entrée des cinémas qui diffusaient cette semaine "50 nuances de Gray".   

C'est ainsi que notre monde, si pataphysique, nous offre de joyeux divertissements intellectuels.

Bien sûr, il faut absolument lutter contre les violences aux enfants, c'est sans le moindre doute, un combat nécessaire, mais avouez que cette mise en perspective est assez intrigante?

Pour en revenir à "l'objet" qui nous intéresse:  de tout temps que ce soit celles des hommes ou des femmes, les fesses furent un "lieu" de fantasme.

Faisons un point rapide sur les publications récentes sur ce bel objet de fixation de nos imaginaires:

Pour la littérature, il n'y a pas que le livre précité et le film éponyme, qui n'ont pas beaucoup de nuances malgré la promesse du titre, ou encore "quand la culture puritaine s'empare du S.M".

Voici un roman "moderne" d'une jeune femme non moins "moderne"


Histoires de fesses, ou parfois de "cul"  mais toujours bien écrit, un style vif, énergique comme si c'était un besoin impératif, un cri libérateur. Et puis ça nous change d'Emma Bovary  ou d'une héroïne comme "O".  Parfois l'érotisme est plus dans le quotidien que dans une propriété de Roissy.        

Il y a également  des ouvrages plus savants, plus techniques,  appliqués à nos fesses ou aux vôtres:



Le sociologue Jean Paul Kaufmann a dans son livre cette phrase révélatrice: "il faut suivre les fesses de très près pour saisir où va le monde".


Donc voilà ce que je pouvais ajouter sur ce sujet sans trop m'exposer à votre ire (même pas peur!)  
En attendant je vais suivre ce feuilleton fessu  sur "Fessebouc"...

Bien à vous!



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire