jeudi 24 novembre 2016

Si les grands écrivains étaient des idéologues à suivre, on le saurait!

Ou la nouvelle "Trumperie"


Cette phrase m'a été inspirée par un article récent  (Nouvel Obs) du pourtant souvent pertinent Tristan Garcia  qui s'intéressait notamment au cas de Michel Houellebecq comme annonciateur du malaise d'une société trop vite "mondialisée".   Ce bon monsieur Garcia nous dit sa déception devant l'espoir que certaines oeuvres de jeunesse du bon Michel lui avait fait naître.

Dans "Extension du domaine de la lutte"   comme dans "les particules élémentaires" monsieur Garcia avait trouvé comme un chant d'espoir venant d'un écrivain qui percevait l'infini mal-être d'une génération post-soixante huitarde, dont l'héritage était le mépris de ses aînés et une société qui loin d'apporter partage et fraternité se révélait encore plus clivante et injuste.  Et notre pauvre zélote est devenu détracteur (pas comme John Deere) de son ex-héros (ou de son ex-eros). 

Cher Tristan Garcia, il est toujours émouvant de constater que le "déniaisage" peut intervenir à tout âge, quoiqu'il en soit je vous souhaite la bienvenue dans le triste monde des lucides.  Mais entre devenir lucide et se laisser envahir par le fiel qu'engendre la désillusion, il y a une énorme marche que vous franchissez à nouveau sans discernement.   Donc je me dois de vous aider à faire le deuil de cette pensée négative qui vous a envahi: confondre un auteur, un véritable écrivain avec un idéologue.  
Michel Houellebecq se fout de la société comme de sa première capote...un écrivain est comme une éponge il va se remplir de tout ce qui traîne là, sur les comptoirs de province, comme sur les riches nappes de la bourgeoisie germano-pratines...et par la magie de la création, il va en ressortir un jus plus ou moins dense qui est le reflet d'une époque, mais qui n'a pas la cohérence d'une pensée construite (chacun a sa place, cher monsieur Garcia), et c'est tant mieux!

Souvenez vous simplement de Céline, dont l'immensité littéraire n'implique pas, et heureusement, une justesse idéologique. 

Donc oui, peut être que Houellebecq a été une erreur...mais c'est la vôtre, comprenez vous?

J'espère avoir pu, avec ma perception qui n'est pas la vôtre, vous faire gagner du temps!



Tristan Garcia  
  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire