mardi 30 août 2016

Les Artistes Turcs sont les plus courageux du monde II

Inci Eviner
Née en 1956 à Polath (Turquie), vit et travaille à Istanbul (Turquie)
Au milieu et en mouvement
Comment concilier imagination, urgences politiques avec ses propres contradictions ? Comment prendre position en tant qu’artiste et citoyenne ? Comment déjouer les représentations et clichés orientalistes dans l’art ? Voici les questions que Inci Eviner dit tenter de travailler au quotidien et qui peuvent résumer son parcours noué par une culture orientale et occidentale. Depuis sa formation à l’Académie des Beaux-Arts d’Istanbul en 1980 et son doctorat en 1992 à l’Université de Minar Sinan, Inci Eviner n’a pas cessé de parcourir le monde, dans le cadre d’expositions personnelles (Galeria Delta à Rotterdam, Galeri Nev à Istanbul et Ankara), d’expositions collectives (dont « Harem » à Whitechapel, Londres en 2009, « Translocalmotion » 7e biennale de Shanghai en 2008) et de résidences (Leube à Salzburg, ISPC à New-York). Nourrie par ses lectures sur la philosophie ou la psychanalyse, elle a ainsi pu observer avec acuité les mouvements de la mondialisation et les transformations du monde de l’art, depuis une trentaine d’années.


Pour l'Hôtel des Arts à Toulon Inci Eviner   met en scène un poème onirique qui dénonce une situation inquiétante en Turquie. Avant Ataturk  quand un mari ne s'entendait pas avec sa femme, celle ci pouvait disparaitre du jour au lendemain. Le mari n'était pas inquiété!
Or, selon l'artiste des femmes recommencent de nos jours à être porté disparues...



Afficher l'image d'origine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire