mercredi 20 août 2014

Qu'est ce qu'un livre pataphysique?

            A tous ceux qui croient, sans malice, que la pataphysique est une mode "gentillette" pleine de poussière et de nostalgie...je souhaite apporter la preuve de leur erreur si banale!

Les plus âgés ou lettrés se souviennent du père fondateur...non pas le père Ubu, mais Alfred Jary; d'autres ont pu voir l'adjectif "pataphysique" accolé aux noms de Boris Vian  et de Raymond Queneau. Quant aux plus "modernes" d'entre vous, ils seront plus enclins à retrouver Georges Perec ou Fernando Arrabal.   Et pourtant, chers oublieux ou incrédules, la Pataphysique est bien vivante et elle est devenue indispensable à une époque aussi dépourvue de sens et de valeurs.

Vous me direz, non sans pertinence, que mon propos est paradoxal, voir oxymorique. Fondamentalement, je ne pourrais pas vous donner tort:  La pataphysique est avant tout le domaine où tout est absurde et rien n'a de sens, alors, pourquoi?

Et  bien,  justement c'est la force de la pataphysique de reconnaître ce "bordel ambiant" (pour paraphraser Roland Moreno)  et une fois l'absurdité déontologique admise, de chercher à construire "à notre manière" du sens, de la beauté  et de "l'humanité".  L'art est propice au développement de cette absurdité féconde, notamment la littérature. Il y a les auteurs "pataphysiquement conscients"  et ceux qui y adhèrent sans le savoir. J'adore découvrir ceux là!

Jusqu'à présent je ne connaissais Kurt Vonnegut que de nom, mais point ses écrits. Et j'ai entendu parler d'un ouvrage qui était réédité dans une nouvelle traduction, plus percutante disait on.

Un titre étrange   est déjà un signe pataphysique  et "le petit déjeuner des champions"  en est un.
Puis l'histoire: deux types improbables dans un monde si proche et si désemparé. On reconnait l'histoire pataphysique à son aspect de "fable déjantée".  Cette fable est toujours une critique décalée de notre société, ou l'absurde vient "bousculer" le quotidien si banal et aliénant.



Bonne  lecture!                        





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire