samedi 27 juillet 2013

Nos chers disparus...







J'inaugure une chronique "nos chers disparus"  vous vous doutez, chers lecteurs perspicaces, qu'il s'agit de redécouvrir quelques écrivains injustement oubliés, à mon sens; je vous propose donc, soit par militantisme littéraire, soit par simple curiosité  de relire quelques passages (souvent présents sur Gallica) de ces fantômes de l'écriture!

Je voudrais rendre hommage à Eric Dussert  qui m'a permis d'ouvrir les yeux sur ces auteurs de l'ombre  grâce à son ouvrage  "Une forêt cachée"  Ed la table ronde.

Aujourd'hui, comme je vis et travaille à Toulon, je vous propose de relire Louis Jourdan qui en est natif

 


(1810-1881)   presque tout le XIXème siècle...et comme de nombreux littérateurs de ce temps, il vivait du journalisme, de chroniques dont il a forgé quelques belles lettres.

Plutôt que de ratiociner  sur lui  voici le lien pour lire sa prose  dans son oeuvre de référence  "les contes industriels":     les Contes industriels

Bonne lecture....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire