jeudi 26 octobre 2017

...Vous avez dit disruptif?









Ce livre ne ressemble à nul autre. 

Un style concis et bien sage, de jolies petites phrases simples et efficaces...non, la révolution n'est pas là!
Un titre banal, discret, ce roman s'appelle "La tanche"

Son auteur est hollandaise, à l'allure tranquille, à la mine apaisante. Et pourtant!

Si "La tanche" est si perturbant, c'est pour son histoire, pour son héros. Il est jeune, il est solitaire, il a une maman trop attentionnée: jusque là, c'est le portrait de milliers de jeunes dans notre société, sauf que celui ci est soupçonné de pédophilie, en cours d'enquête, et sous traitement chimique. 

Comme la procédure s'est un peu enlisée, il est relâché, retourne chez sa mère. 
Le roman nous fait partager son quotidien. Nous vivons avec lui l'intimité d'un pseudo pédophile. Tout est délicat: une peinture par petites touches. Une aquarelle. 

Derrière son apparente vie paisible, on ressent toute la violence rentrée, notamment envers sa mère et l'auteur nous fait découvrir de l'intérieur des sentiments froids et dérangeants. Surprenant!


J'avoue avoir résisté assez longtemps avant de me laisser prendre au jeu par Inge Schilperood et le récit de "La tanche".


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire