lundi 4 juillet 2016

Merci à Michel Rocard...

On peut appeler ca un mentor, un inspirateur...disons simplement qu'à une certaine époque, l'immédiate "après mai 68", il était peu aisé de trouver des "penseurs" mesurés, car l'heure était à l'excès, à l'extrême. Entre trotskystes et maoistes, il y avait un petit espace occupé par la raison et l'envie de dialogue: le PSU et son leader Michel Rocard. Bien sûr, ils avaient leurs propres utopies, leurs mirages perso: l'autogestion, dont le modèle était la Yougoslavie. Mais au moins, la notion de débat et de dialogue y étaient mis en avant...rêveurs, certes, sectaires jamais!

Dans les débats qu'il menait, sa parole était bousculée, mais ses idées étaient percantes...et toujours ce besoin de vérité et de réalité: deux notions qui font mauvais ménage en politique.

Les débats d'aujourd'hui vont davantage nous faire ressentir votre absence, cher Michel Rocard, et les adeptes de la rupture ont hélas encore de beaux jours devant eux, cependant cette petite flamme teintée de moralisme et d'innocence qui énervaient profondemment Miterrand, homme de turpitudes insurmontables, je la conserverai enfouie en moi, comme une richesse, comme la croyance en une société perfectible.  Merci pour ca, cela n'a pas de prix!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire