dimanche 5 mai 2013

La Lecture en chiffres Inquiets mais pas trop...




 Des Chiffres pour des lettres...

la production
LA PRODUCTION en 2011 70.109 titres (+4,2%)
en 2012 72.139 titres (+2,9%)
source : BnF/Observatoire du Depotlegal, entrees au Depotlegal Livres
LA PRODUCTION COMMERCIALISEE en 2011 64.347 nouveautés et nouvelles éditions (+2,1%)
en 2012 65.412 nouveautés et nouvelles éditions (+1,7%)
source : Livres Hebdo/Electre
LE TIRAGE MOYEN en 2011 7.630 exemplaires (-3,9%)
(hors fascicules) source : SNE, enquete de branche, echantillon 2011*
LE NOMBRE DE TITRES DISPONIBLES en 2012 644 610 références (622.440 en 2011, +3,6%)
source : MCC-SLL/OEL, interrogation base Electre, notices de livres disponibles (hors livres numeriques et cartes geo.) parus avant le 31 decembre de l'annee
les ventes
L’EVOLUTION DES VENTES au detail en valeur en volume
selon les barometres des ventes 2010 2011 2012 2010 2011 2012
-0,5% -1,0% -1,5%
selon les panels distributeurs 2010 2011 2012 2010 2011 2012
-0,5% -0,5%
+0,1% -0,5% +0,6% -2,3%
panel Livres Hebdo/I+C, enquetetelephonique-1,5%-3,0%-4,5%
panel GfK, ventes sorties de caisse -0,2%♦♦-1,7%♦♦♦+0,0%♦♦-3,2%♦♦♦
panel Ipsos MediaCT, ventes sorties de caisse -2,3%♦♦♦♦-2,8%♦♦♦♦
LH/I+C : evolutions en euros constants, non comparables avec les evolutions en exemplaires vendus fournies par GfK et Ipsos. / ●●GfK : evolutions 2011 a periode comparable. /
●●●GfK : les evolutions 2012 incluent egalement les ventes de livres numeriques / ●●●●Ipsos : evolutions 2010 a perimetre constant (donneesrevisees), hors sites de ventes en ligne ;
une partie de la baisse des ventes enregistree par Ipsos pour 2010 s'explique par le systeme de numerotation des des semaines utilise (standard ISO 8601), dans lequel l'annee 2009
comptait 53 semaines, contre 52 en 2010. Les evolutions 2011 et 2012 incluent la vente en ligne, pour laquelle les donnees ont ete recueillies a partir de 2010.
NB. Les écarts entre les sources proviennent des différences de mode de recueil des informations, ainsi que des périmètres de produits et de canaux de vente.
Perimetres couverts : Produits : ventes de livres hors scolaires (Ipsos) et fascicules (tous), yc cartes géograph. & atlas (tous), yc albums de coloriage (Ipsos/GfK) et images (GfK),
hors livres numériques (LH/I+C/Ipsos) – Circuits : y compris clubs via détaillants (LH/I+C/GfK), hors VPC des clubs (Ipsos), hors VPC traditionnelle (LH/I+C/Ipsos), hors courtage (tous),
hors sites de vente en ligne (Ipsos jusqu'en 2010 inclus), hors ventes aux collectivités et occasion (Ipsos/GfK), hors soldeurs (Ipsos), hors GSS non culturelles (LH/I+C).
LE NOMBRE DE REFERENCES VENDUES références vendues en France au moins une fois dans l’année
en 2011 689.747 (+2%)
en 2012 705.324 (+2%)
source : panel GfK, ventes sorties de caisse (livres en francais et livres de litterature en langue etrangere, cartes, atlas, coloriage et images, hors references VPC et clubs)
LE CHIFFRE D’AFFAIRES DES EDITEURS en 2011 ventes de livres 2 669 M€ HT (-1,4%)
(en prix de cession editeur) cessions de droits 135 M€ HT (+3,0%)
livres imprimes, livres numeriques et livres audio ensemble 2 804 M€ HT (-1,2%)
source : SNE, enquete de branche, echantillon 2011*
LE NOMBRE D’EXEMPLAIRES VENDUS en 2011 450,6 millions d’exemplaires (-0,3%)
livres imprimes, livres numeriques et livres audio 450,6 millions d’exemplaires hors fascicules (+2,5%)
source : SNE, enquete de branche, echantillon 2011*
NB. Pas de déclarants dans la catégorie Encyclopédies en fiches et fascicules en 2011
* 261 editeurs ou labels d'edition
LES VENTES DE LIVRES NUMERIQUES DES EDITEURS 56,8 M€ HT (2,1 % du CA ventes de livres)
en 2011 dont ouvrages sur supports physiques 21,5 M€ HT (0,8 % du CA)
livresnumeriques et livres audio (en prix de cession editeur) dont ouvrages en téléchargement 35,2 M€ HT (1,3 % du CA)
source :  observatoire de la lecture publique


Pour résumer ces lignes qui sont fournis par le biais de la profession : il y a plus de livres (titres) + 3,6% en 2011, mais le tirage moyen est en baisse 3,9% et il y a moins de vente  - 1,4%



Observons maintenant ce qu’il en est du lectorat :



Le nombre de livres lus par an
- Résultats regroupés -
Question : Au cours des douze derniers mois, avez-vous lu un ou plusieurs livres, quel que soit le genre de livre, à l'exclusion des livres scolaires ou universitaires ?

Rappel enquête TNS Sofres
Mars 2009
Nov. 1981
Déc. 1986
Juin 1988
Juin 1992
Juin 1995
Mars 2008
Non lecteur
33
35
31
27
27
31
30
Lecteur :
66
65
67
71
72
69
69
dont :
Petit lecteur (de 1 à 5 livres)
24
24
29
32
37
35
34
Lecteur moyen (de 6 à 20 livres)
28
28
26
28
25
25
25
Grand lecteur (plus de 20 livres)
14
13
12
11
10
9
10
Total Lecteur moyen ou grand
42
41
38
39
35
34
35
Sans opinion
1
0
2
2
1
0
1


Enquête tns Sofres pour le Journal La Croix

Les résultats ne sont pas catastrophiques, il reste toujours des lecteurs, mais ce sont plutôt des petits lecteurs, il y a un net affaissement des moyens et grands lecteurs, et c’est surtout cet aspect qui inquiète les professionnels. On lit moins de livres, on lit différemment, les lecteurs lisent de plus en plus sur écran.
J’ai compris pour ma part qu’il se passait quelque chose d’important en voyant mon second fils réussir le concours d’entrée à Sciences Politiques tout en étant un « tout petit lecteur », mais un gros consommateur de télévision et d’ordinateur.


A partir de l’exemple du livre, nous voyons que le bibliothécaire ne peux plus se contenter  de recommander des livres, des lectures, son métier a changé, il doit désormais s’informer de tous les supports qui sont en sa possession, et d’étendre son expertise à internet. Son travail désormais est de redonner du sens à des contenus de plus en plus nombreux et de moins en moins « validés » (exemples de Wikipedia, des blogs et des nombreux sites non-experts). Non seulement son travail a changé de par l’évolution des supports mais en plus la société, les mouvements démographiques  ont souvent fait varier la typologie des publics (voir exemple de St Maximin, déjà cité) ; et ipso facto la bibliothèque est devenu le lieux de référence de la culture, un lieu où le public rurbain est en demande de quelque chose de plus que des livres. Ces nouvelles demandes sont pour des expositions, pour des spectacles ou des animations et la médiathèque de chef-lieu de canton se voit assigner de plus en plus des missions très diverses : expositions, cinéma, débats, conférences, etc.  Et quand on demande même d’autres services plus orientés vers le social et l’éducation (aide aux devoirs, formations, etc.)  cela devient la bibliothèque troisième lieu.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire