lundi 31 mars 2014

Fiche 7 Story Telling Le Lien "vérité-fiction"


En reprenant  l’exemple de la fiche 6 : une exposition d’art contemporain,

La narration  va devoir rencontrer un écho dans la proposition culturelle.  L’exposition doit avoir un ou plusieurs thèmes exploitables.

Ce thème peut provenir d’un artiste, ou d’un groupe d’artistes :  quel est son (leur) originalité, comment s’exprime sa (leur) conception artistique.  S’il s’agit d’un mouvement, il faut isoler leurs caractéristiques.

Ce thème peut provenir  des sujets abordés par l’exposition : le thème du portrait abordé par plusieurs artistes.   Le traitement d’un lieu ou d’une région par un ou plusieurs artistes.


A ce stade,   il s’agit alors de dégager un axe culturel  (des aspects artistiques à mettre en valeur)


Une fois cet axe mis en exergue, il faut  trouver un lien entre lui et la narration :  le lien         « vérité-fiction ».

Dans le cas du portrait, il sera facile d’orienter notre narration vers la recherche d’une apparence, d’une identité perdue par exemple. 
Dans le cas d’un traitement contemporain d’un lieu ou d’une région, il sera pertinent de relier les lieux réels au lieux « fantasmés » par le ou les artistes.

Une Story Telling réussie sera celle dont ce lien sera clairement repérable.
C’est ce lien qui va permettre ensuite  de poursuivre tout le travail de préparation effectué en amont, et d’en arriver à « familiariser »  des publics peu avertis avec un objet  réputé difficile comme l’art  contemporain. 

Une fois ces publics amenés devant l’exposition, il  est utile de se servir de la narration pour commencer la médiation à effectuer en présence des oeuvres.
En psychologie sociale,  on parlerait de  «pied  dans la porte ».  Cette technique permet aux publics  peu avertis de retrouver des éléments dont il a déjà connaissance (éléments ludiques ou simplement informatifs).


Par exemple  introduire la visite par la recherche d’une énigme autour des portraits ou des lieux ; ce type d’approche permet d’introduire l’objet culturel  sous un angle ludique pour ensuite introduire une autre approche plus en « médiation ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire